EPUB Summit - An Introduction

April 16, 2016

 

French version available here

I would like to welcome you all to the EPUB Summit on behalf of the Steering Committee of EDRLab and its President, Pierre Danet, who will conclude the event tomorrow.

Working on the EPUB standard is not just about trying to solve the problem of transforming print books to digital ones. This would be a straightforward objective, given the complexity, variety and sophistication of these  objects. And that is what, as digital managers, we have predominantly occupied ourselves with in publishing houses for the past eight years.

During a previous presentation, Markus Gylling summarized EPUB 3 in 5 lines, and, already, this has broadly expanded our horizon:

 EPUB 3:

  • Open, industry-driven e-book format standard 
  • Builds on W3C web standards (XML, HTML5, SVG, …) 
  • Is by nature agnostic: usable for books, magazines, corporate documents, ... 
  • Includes rich layout, media and interactivity features 
  • Has fantastic accessibility support built-in

A word about the "agnostic" nature of EPUB: working on a standard that encompasses not only the book but also other types of documents is not indifferent. This forces us not to focus only on our own business considerations to build more comprehensive and complex representations which is useful in defining our digital strategies.

 The temptation is great, once the "ebook moment” is past, once production process are in place, much of the catalog is scanned, the new books systematically produced in ebook and print version, to think that we have done everything required, and that we can return to our small business, reassured by figures that show the strength of the paper market, with the certainty that digital will remain marginal, and thinking it was "much ado about nothing."

And isn’t that exactly what we have done ? 

We focused, and it was necessary, on our processes, what we know and have injected, because it was impossible to do otherwise, we need technology to meet the most visible changes: new terminals allowing immediate access to books in digital version.

A bit like climate skeptics who observe weather and conclude that things are not so hot, and who don’t believe in global warming until they’ve dipped their feet in the water, something in us clings to the idea that ”print is doing well, and it has a bright future ahead of it. "

And, of course,that’s OK.. But this should not prevent us from looking around, trying to understand what is happening because we will have to consider new practices, new readings, new records; broaden our vision, anticipating trends, understand that, yes,  it was absolutely necessary to work on the transposition to digital books, the digitization of the readability arts, but this does not exempt us from thinking of other forms of content,  to observe the new uses, to welcome new proposals,  to attract new audiences. If we don’t,, others will do it, and maybe already are doing it, shaping our future in our place. A future that must take into account the fact that YouTube, Wattpad, Instagram, Snapchat , Facebook, Netflix, Periscope have entered the lives of many people ; that reading and writing are diversifying, becoming hybrid ; that today everybody practices fractional reading and worries about their ability to enjoy immersive reading. The relationship we have with still and moving images has also been completely changed.

EPUB3 carries a broader vision of digital publishing, closer to the the web, giving attention to all accessibility issues, welcoming sound, moving pictures, interactivity, sophisticated layouts.

It will soon be five years since the EPUB 3 specification was published by the IDPF.

 As a specification, it's great. But it remains inactive if the whole chain does not adopt and  implement it regardless of the device and the reading application used. To speed up the movement and facilitate the work of stakeholders, we must develop software components and enable the dissemination of EPUB3, online and offline, across all operating systems. However The IDPF, who looks after the standard and its evolution, is not designed to accommodate such developments.

We are in a hurry, we want accessible, interesting, innovative digital books, readable on all devices with all applications running on all operating systems. We want them now. We also want to protect books without overloading readers with unbearable manipulations. 

In 2013, we actively contributed to the creation of the Readium Foundation, in charge precisely to support the development of software components required for a faster adoption of EPUB3 by all stakeholders.

When the Readium Foundation reported in 2014 that it wished to strengthen its ties in Europe and Asia, and open permanent entities on both continents, several European capitals were candidates. Why not install such an entity in Paris? The dynamic deployed there, as also here in Bordeaux, would help to accelerate and sustain the fabric of French start-ups? Here was an opportunity to do away with the outdated image that sticks, whatever they do, the skin of publishers, and to build the necessary bridges with the world of start-ups, incubators, and French Tech . Cap Digital and the competitiveness cluster of Ile de France, would be our ally. Several publishers serve on its executive committee, so the idea caught on.

A few meetings at the cafe, some memorable meetings and some lunches later, several major French publishing group -  Hachette, Editis, Madrigall, Média Participations - and the Cercle de la Librairie and the National Union of Publishing decided to become involved and commited to supporting EDRLab.

Teams from the Ministry of Culture shared the vision of an open and interoperable ecosystem for digital publishing. Nicolas Georges, their director, who honors us with his presence today, will attest to, and explain why he has agreed to get involved very heavily in the installation of EDRLab in France . The Ministry of Economy also provides major support and the Centre National du Livre, thanks to its President, Vincent Monad, and to François Rouyer-Gayette who is also involved in our work.

The organisation was created in July 2015 and its director, Laurent Le Meur, was hired in October. Laurent then recruited a very strong team of skilled developers. Some of you know one of them, who spoke repeatedly in meetings on accessibility. Daniel Weck, now divides his time between the DAISY Consortium and EDRLab. Cyril Labordrie has also worked also for two organizations, Cap Digital and EDRLab since the beginning of the adventure.

 With them, we took on the pretty crazy challenge to organize in just a few weeks the event that brings us together today, a truly international event.

 Yes, because even though EDRLab is strongly supported by French participants, both public and private, the agency has an international vocation, especially European. I particularly want to welcome all those who have had a long journey to join us in Bordeaux. EDRLab needs membership publishers, distributors, booksellers, librarians and providers from the largest possible number of European countries.

 I will not get into a long discussion to convince you to become members of EDRLab: I rely  on all the speakers of the EPUB Summit  to demonstrate the usefulness and value of this shared work.

I also want to welcome our American guests. I can’t mention all of them, but I do thank them for accepting our invitation.

Finally, a special mention for Denis Mollat ​​who welcomes us to his magnificent bookshop. Thank you, Mr. Mollat, to have been able to understand from the first pitch, that supporting EDRLab was highly valuable for the Cercle de la Librairie, which you chair. Thank you for your support, thank you for your hospitality.

I'll turn it over to Bill McCoy, who heads the IDPF and chairs the Readium Foundation. It's your turn, Bill, welcome to Bordeaux, and have a nice EPUB Summit!

 

 Version Française

Je vous souhaite à tous la bienvenue à l’EPUB Summit, au nom du comité directeur d’EDRLab et de son président, Pierre Danet, qui, lui, conclura ces deux journées.

Travailler sur le standard EPUB, ce n’est pas seulement chercher à résoudre le problème de la transposition sous forme numérique des livres imprimés.

Cela serait déjà un beau programme, étant donné la complexité, la variété et la sophistication des objets concernés. Et, disons-le, c’est ce qui nous a majoritairement occupés, dans les maisons d’édition, ces huit dernières années.

Markus Gylling avait résumé, dans une présentation, l’EPUB 3 en 5 lignes, qui ouvrent déjà plus largement notre horizon :

EPUB 3 c’est :

  • un format standard pour l’ebook développé par l’industrie
  • construit sur les standards Web du W3C (XML, HTML5, SVG)
  • de nature « agnostique » : utilisable pour le livre, mais aussi pour les magazines et pour tout document.
  • incluant des possibilités de mise en page sophistiquées, l’ajout de composants multimédia et d’interactivité
  • comportant nativement des possibilités fantastiques pour l’accessibilité

Un mot sur la nature « agnostique » de l’EPUB : travailler sur un standard qui englobe non seulement le livre mais également d’autres types de documents que ceux qui nous sont si familiers n’est pas indifférent. Cela nous oblige à nous décentrer, à sortir des considérations purement métier pour construire des représentations plus complètes et plus complexes, utiles à la définition de nos stratégies numériques.

Car la tentation est grande, une fois le « moment ebook » passé, une fois que les processus de production sont en place, qu’une grande partie du catalogue est numérisée, que les nouveautés sortent systématiquement en numérique, de penser que nous avons fourni les efforts demandés, et que nous pouvons retourner à nos petites affaires, rassurés par des chiffres qui montrent la solidité du marché papier, la certitude que la lecture numérique va demeurer marginale, et pensant quelque chose comme « Beaucoup de bruit pour rien ».

Qu’avons-nous fait, en réalité ?

Nous nous sommes focalisés, et c’était nécessaire, sur nos processus, sur notre métier, sur ce que nous connaissons, et nous avons injecté, parce qu’il était impossible de faire autrement, ce qu’il faut de technologie pour répondre aux évolutions les plus visibles : des nouveaux terminaux permettant d’accéder immédiatement à des livres en version numérisée.

Un peu comme des climato-sceptiques qui observent la météo et concluent que le temps n’est pas si chaud, et ne croiront au réchauffement climatique que lorsqu’ils auront les pieds dans l’eau, quelque chose en nous s’accroche à l’idée que la révolution numérique, et bien, c’est pour les autres, mais pas pour nous : « voyez, le livre imprimé se porte bien, et il a de beaux jours devant lui. »

Bien sûr. Et tant mieux. Mais que cela ne nous empêche pas de regarder autour de nous, de chercher à comprendre ce qui se passe, car ces beaux jours pourraient bien se raréfier en même temps que vieillissent les générations de grands lecteurs, nos principaux clients. Alors il va nous falloir considérer les nouvelles pratiques, les nouvelles lectures, les nouvelles écritures ; élargir notre vision, anticiper sur les évolutions, comprendre que s’il était tout à fait nécessaire de travailler sur la transposition numérique des livres, sur la numérisation des arts de la lisibilité, cela ne nous dispense pas de penser d’autres formes de contenus, d’observer les nouveaux usages, d’accueillir de nouvelles propositions, d’attirer de nouveaux publics. Si nous nous en dispensons, d’autres vont s’en charger, se chargent déjà peut-être de dessiner notre avenir. Un avenir qui doit prendre en compte le fait que YouTube, Wattpad, Instagram, Snapchat, Facebook, Netflix, Periscope sont entrés dans la vie de beaucoup de gens. Que la lecture et l’écriture se diversifient, deviennent hybrides, que chacun pratique désormais la lecture fractionnée et s’inquiète de sa capacité à continuer à pratiquer des formes de lectures immersives. Que le rapport de chacun à l’image, fixe ou animée, a été complètement modifié dirant les dix dernières années.

EPUB3 porte une vision élargie de l’édition numérique, nous rapproche du web, fait la part belle à toutes les problématiques d’accessibilité, accueille le son, l’image animée, l’interactivité, les mises en pages sophistiquées.

Cela fera bientôt 5 ans que la spécification EPUB 3 a été publiée par l’IDPF.

Une spécification, c’est formidable. Mais reste lettre morte si toute la chaîne ne suit pas, et si les livres numériques respectant la spécification ne peuvent être lus quelque soit le terminal et l’application de lecture utilisés. Pour accélérer le mouvement et faciliter la tâche des différents acteurs, il faut développer des briques logicielles et faciliter ainsi la diffusion de l’EPUB3, online et offline, sur l’ensemble des systèmes d’exploitation. Cependant L’IDPF, qui veille sur le standard et ses évolutions, n’a pas vocation à accueillir de tels développements.

Nous sommes pressés, nous voulons des livres numériques accessibles, beaux, novateurs, lisibles sur tous les terminaux, avec toutes les applications, tournant sous tous les systèmes d’exploitations. Nous les voulons maintenant. Nous voulons aussi pouvoir protéger les livres sans désespérer leurs lecteurs avec des manipulations insupportables. Nous le voulons tout de suite.

Alors en 2013, nous contribuons activement à la création de la Fondation Readium, chargé justement de prendre en charge le développement des briques logicielles nécessaires à une adoption plus rapide de l’EPUB3 par l’ensemble des acteurs.

Lorsque la Fondation Readium fait savoir, en 2014, qu’elle souhaite se renforcer en Europe et en Asie, et ouvrir des entités permanentes sur les deux continents, plusieurs capitales européennes sont candidates. Pourquoi ne pas installer une telle entité à Paris ? Pouquoi ne pas s’inscrire dans la dynamique déployée là-bas, comme d’ailleurs ici à Bordeaux, pour accélérer et soutenir le tissu des start-ups françaises ? Voici une occasion d’en finir avec l’image passéiste qui colle, quoi qu’ils fassent, à la peau des éditeurs, et de construire les passerelles nécessaires avec l’univers des start-ups, des incubateurs, et de la French Tech. Cap Digital, le pôle de compétitivité d’Ile de France, sera notre allié. Plusieurs éditeurs siègent à son comité éxécutif, et l’idée fait son chemin.

Quelques rencontres au café, quelques réunions mémorables et quelques déjeuners plus tard, plusieurs des grands groupes d’édition français, Hachette, Editis, Madrigall, Média Participations, ainsi que le Cercle de la Librairie et le Syndicat National de l’Edition décident de s’impliquer et s’engagent à soutenir EDRLab.

Les équipes de la Direction du Livre et la Lecture au Ministère de la Culture partagent leur vision d’un écosystème ouvert et interopérable pour l’édition numérique. Nicolas Georges, son Directeur, qui nous fait l’honneur de sa présence aujourd’hui, pourra en témoigner tout à l’heure, et expliquer pourquoi le Ministère a accepté de s’impliquer aussi fortement dans l’implantation d’EDRLab en France. Le Ministère de l’Economie apporte aussi un soutien majeur, ainsi que le Centre National du Livre, que son président Vincent Monadé en soit remercié, ainsi que François Rouyer-Gayette qui participe à nos travaux .

La structure est créée en juillet 2015. Son directeur, Laurent Le Meur, recruté en octobre. Laurent recrute à son tour une équipe très solide de développeurs spécialisés.
Certains d’entre vous connaissent l’un d’entre eux, qui est intervenu à plusieurs reprises dans des rencontres sur l’accessibilité, Daniel Weck, et partage maintenant son temps entre le consortium Daisy et EDRLab.
Cyril Labordrie travaille lui aussi pour deux structures, Cap Digital et EDRLab, depuis le début de l’aventure.

Avec eux, nous avons relevé le défi assez fou de monter en quelques semaines l’événement qui nous rassemble aujourd’hui, un événement résolument international.

Oui, car même si EDRLab est très fortement soutenu par des acteurs français, publics et privés, l’organisme a bien une vocation internationale, et notamment européenne. Je souhaite tout particulièrement la bienvenue à tous ceux qui ont fait un long déplacement pour nous retrouver à Bordeaux. EDRLab a besoin de l’adhésion d’éditeurs, de distributeurs, de libraires, de bibliothécaires, de prestataires issus du plus grand nombre possible de pays européens.

Je ne vais pas me lancer dans un long plaidoyer pour vous convaincre de devenir membres d’EDRLab : je compte sur l’ensemble des orateurs de ces deux journées pour vous démontrer l’utilité et l’intérêt de ce travail partagé.

Je souhaite également la bienvenue à nos invités américains. Je ne peux tous les citer, mais je peux tous les remercier d’avoir accepté notre invitation.

Enfin, une mention particulière pour Denis Mollat qui nous accueille dans les locaux de sa magnifique librairie. Merci, Monsieur Mollat, d’avoir su comprendre, dès le premier pitch, l’intérêt pour le Cercle de la Librairie, que vous présidez, de soutenir EDRLab. Merci pour votre support, merci pour votre hospitalité.

Je vais laisser maintenant la parole à Bill McCoy, qui dirige l’IDPF et préside la Fondation Readium.